03/03/2005

TIFFANY WARNOTTE, disparue depuis 208 jours !

Tiffany Warnotte, 15 ans a quitté la maison de ses parents, située à Vedrin en Belgique, le samedi 7 août 2004 vers 12h30. Et, depuis, personne ne l'a revue. Au moment de sa disparition elle était vêtue d'une veste de training de couleur blanche, d'un pantalon jean's de couleur bleue et de baskets. Tiffany est de corpulence normale, a les cheveux chatains clairs et les yeux vert gris avec un grain de beauté sur la joue gauche. Au moment de sa disparition elle mesurait 1m47 (elle sans doute grandi depuis). Si vous avez vu cette jeune fille ou que vous disposez d'informations permettant de la localiser, écrivez nous :

sos@tiffany-warnotte.com ou composez le : 112

Merci.

21:49 Écrit par GFMALMEDY | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Avant Estelle, il y a eu Marion, Léo, ...

Le Parisien.com

9 janvier 2004

 

AVANT ESTELLE, il y eut Marion, Léo, Aurore, Yannis, Jérôme... et bien d´autres.

 

Tous mineurs, tous volatilisés, leurs visages - parfois vieillis - sont toujours épinglés sur les murs des commissariats de France.


33 670 mineurs ont été déclarés en fugue en 2002, et 627 portés disparus, selon les chiffres du ministère de l´Intérieur. La plupart de ceux qui quittent volontairement leur domicile sont retrouvés rapidement : près de 23 % dans les vingt-quatre heures et 30 % après quarante-huit heures. Seulement 6 % des fugues se prolongent au-delà d´un mois. « Si dans de nombreux cas les mineurs sont retrouvés rapidement et sains et saufs, certaines disparitions se soldent par la mort de mineurs. C´est pourquoi la disparition d´un mineur sera toujours considérée comme inquiétante », alerte un volumineux rapport remis mercredi à la chancellerie. Commandé au lendemain de la Journée internationale des enfants disparus, le 25 mai 2003, ce document de synthèse, consacré aux fugues, enlèvements et disparitions de mineurs, avance quelques recommandations destinées à enrayer et mieux lutter contre ces phénomènes. Reprenant l´idée émise par des associations de protection de l´enfance, conviées à la réflexion, le rapport préconise notamment la mise en place d´un numéro vert pour les enfants fugueurs et d´un numéro azur destiné, cette fois, à leurs familles. « Les fugues et les disparitions mettent au jour des besoins spécifiques aux familles et aux enfants. La famille a besoin de savoir que tout est entrepris pour retrouver l´enfant disparu, alors que l´enfant fugueur a besoin d´être aidé pour rentrer », explique le rapport. Le garde des Sceaux, Dominique Perben, s´y est dit « favorable ». « Nous voulons qu´il (ce numéro) aboutisse, qu´il réussisse. Il nous faut encore trouver les voies et les moyens », a-t-il nuancé. Les sommes en jeu sont importantes : pas moins de 500 000 € d´investissement pour le numéro azur, dont le fonctionnement nécessitera chaque année 1 M€, estime la Fondation pour l´enfance. « Ce sont les premières minutes, les premières heures qui sont capitales », insiste Bruno Bongapenka, parrain d´Estelle et président de l´association éponyme. « Avant, quand un enfant disparaissait, on demandait à la famille d´attendre. Désormais, on a le sentiment que les premières recherches commencent plus vite », se réjouit-il.


Mobiliser « les secours, les médias, les voisins » Plusieurs autres propositions sont avancées : la mise en place d´un site Internet comprenant les visages des enfants disparus avec vieillissement des photographies à intervalles réguliers, le développement de lieux d´accueil et de placement sensibilisés aux problématiques des fugueurs, l´ouverture plus systématique d´une enquête en cas de disparition suspecte, ou encore l´inscription automatique au fichier des personnes recherchées (FPR) dès la disparition constatée. Tout en saluant ces bonnes intentions, les associations soulignent l´ampleur des efforts à accomplir. « Il faut une sorte de plan Orsec », milite Alain Boulay, président le l´Association des parents d´enfants victimes (Apev), qui appelle, en cas de disparition inquiétante, à la mobilisation générale : « les secours, les médias, les voisins ». Il réclame notamment la diffusion de spots TV, en prime time, pour faire connaître les visages des disparus. A ce jour, il n´a pas obtenu de réponse favorable.

 

 

 

 

 

 


21:18 Écrit par GFMALMEDY | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1 an déjà que le procès Dutroux commençait - Rappel à Liège

 Ce matin, à Liège, une trentaine de courageux ont bravé le froid et la neige pour se retrouver au Palais de Justice.
 
Une lettre a été remise à Mr Visart de Bocarmé.
Il a dit qu'il répondrait aux questions qui étaient posées dans ce courrier - questions portant principalement sur la clôture du Dossier bis (le dossier dont on nous a promis qu'il ferait la lumière sur les zones d'ombre du dossier Dutroux)
 
La presse n'est pas venue au rendez-vous...personnellement, je n'ai vu qu'une journaliste de "La Meuse"
 
Même si la démarche d'aujour'hui ne concernait pas spécialement le dossier de la disparition de Tiffany, elle concernait tous les enfants...
 
...En tous cas, Eddy WARNOTTE est venu, lui (avec son cousin, je crois)!  Et ce n'est sans doute pas lui qui habite le plus près de Liège !
 
                                        Mouchette

20:50 Écrit par GFMALMEDY | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |